Accueil > Conseils & Études > Actualités > Corporate > À quoi ressemblera le shopping du futur...

À quoi ressemblera le shopping du futur ? Nos experts du secteur se sont penchés sur la question…

14/04/2017

QUAND LA TECHNOLOGIE REDÉFINIT L'AVENIR DE LA DISTRIBUTION


À quoi ressemblera le « shopping » du futur ? L’avènement du e-commerce il y a quelques années a totalement transformé les comportements des consommateurs et les codes du secteur, et si ce n’était qu’un début ? Des nouvelles technologies ne cessent de voir le jour et avec la réalité augmentée, les portefeuilles électroniques et les « store robots », le secteur du « retail » entre dans une nouvelle ère ! Découvrez les 6 tendances qui vont réinventer le futur de la distribution et comment elles vont impacter les métiers et recrutements du secteur.

> À quoi va ressembler le shopping du futur ?

Le secteur du « retail », bien souvent précurseur en termes d’innovation, entame aujourd’hui une nouvelle phase de transformation. La réalité virtuelle, les robots et les drones s’emparent du secteur et invitent le consommateur à redécouvrir le shopping au travers d’une expérience 360° alliant les dernières innovations technologiques au point de vente physique. Comment les millions d’employés européens du secteur seront-ils être impactés ? Comment vont évoluer les métiers dit « traditionnels » (caissier, logisticien etc…) ? Nos experts du secteur se sont penchés sur ces questions…

Selon Martin Villelongue, Directeur Senior France sur la division Distribution et Commerce, « l’enjeu stratégique des enseignes depuis maintenant plusieurs années est d’intégrer les technologies au sein de leurs points de vente. Cette démarche a deux objectifs : améliorer l’expérience client ; connaître et analyser les habitudes de consommation. Cela se traduit par l’intégration du digital à tous les niveaux, et non comme une Business Unit supplémentaire. Le e-commerce a d’abord été vu comme un canal de distribution supplémentaire, puis on s’est rapidement aperçu qu’il fallait l’intégrer au maximum dans les structures existantes (magasins, entrepôts, sièges …) pour ne pas créer deux offres différentes et concurrentes sous une même enseigne. Par exemple, l’apparition du Drive et du Click & Collect en restent les meilleures illustrations du mariage entre commerce traditionnel et nouvelles technologies. Mais tout cela évolue très rapidement et les limites du shopping du futur sont difficiles à percevoir tellement les possibilités sont grandes. Les conséquences en matière de recrutement sont énormes car les enseignes ont besoin de nouvelles compétences et d’expertises. Également, les opérationnels doivent être parfaitement au fait et en capacité d’intégrer dans leur quotidien ces nouveaux modes de commerce. »

> Les Beacons

Un beacon est un boîtier capteur qui peut « dialoguer » sur un petit périmètre avec des smartphones ou tablettes par une connexion Bluetooth. Ces balises permettent donc à n’importe quel point de vente d’envoyer des notifications, promotions, messages à des consommateurs qui se trouvent sur la surface de vente. Et grâce au faible rayon de détection on peut contextualiser les messages en fonction du rayon dans lequel se trouve le visiteur en temps réel. Cette technologie est déjà en place dans certaine enseigne comme Carrefour qui a déjà équipé 28 supermarchés en Roumanie d’un réseau beacon.

“Tout autour de nous, on nous informe, que le consommateur a changé et que nous devons donc nous adapter pour capter son attention » explique Fabrizio Travaglini, Directeur Executive PageGroup Italie. Il explique également « que les marques ont maintenant la possibilité de mieux comprendre les  nouveaux besoins des consommateurs et d’interagir avec eux en utilisant des outils innovants, impactants et originaux ». Avec cette approche, les « retailers » ont aujourd’hui l’opportunité d’étudier et de comprendre les comportements des consommateurs et donc d’adapter leurs messages à ces nouveaux usages. « Et au-delà de comprendre le parcours du consommateur, l’objectif reste que son expérience point de vente, qui reste le socle du commerce traditionnel, soit meilleure, et donc de le fidéliser par un confort d’achat et une proximité virtuelle avec son magasin. » commente Martin Villelongue.

> Réalité augmentée

Contrairement à la réalité virtuelle, qui plonge l'utilisateur dans un monde fictif, la réalité augmentée superpose des éléments virtuels sur le monde réel, comme dans Pokemon Go. Cette technologie a elle aussi pour objectif d’améliorer l’expérience client grâce à une plus grande personnalisation. Imaginez par exemple des miroirs augmentés grâce auxquels vous pouvez essayer vos vêtements virtuellement sans passer par la cabine d’essayage.

Le géant de la cosmétique L’Oréal met la réalité augmentée au service de ses collaborateurs ! La marque a équipé toute son équipe européenne de représentants des ventes avec cette technologie. Grâce à la réalité augmentée : les détaillants peuvent voir en 3D à quoi ressembleront les stands et produits lorsqu’ils seront en magasin. 

> Réalité virtuelle

Qui n’a pas entendu parlé de la réalité virtuelle ces derniers mois ? Les marques de loisirs font le buzz avec cette nouvelle technologie (Samsung, Oculus rift, Playstation VR etc…) mais c’est aujourd’hui au secteur du « retail » de se l’approprier. C’est l’avènement du « V-commerce » et il se pourrait bien que la réalité virtuelle soit LE nouvel outil des commerçants. 

Chez IKEA, les clients peuvent désormais, grâce à leur casque de réalité virtuelle, se mettre dans une pièce, par exemple une chambre, qui a été entièrement aménagée avec des produits IKEA. Ils peuvent également customiser cet univers en changeant la couleur des meubles par exemple. En utilisant la réalité virtuelle de cette manière, les clients ont une idée plus réaliste de ce à quoi ressemblera leur intérieur avec les produits IKEA, donnant un sens tout nouveau à la formule : « essayez avant d’acheter ».

> Robots livreurs

On les connaissait déjà dans les entrepôts, ils se sont immiscés en boutique… et vous pouvez désormais les rencontrer au pied de votre porte. Les robots deviennent aussi des livreurs ! 

« Just Eat » (anciennement Allo Resto), un des plus grands géants de la restauration rapide à emporter d’Europe, vient tout juste de signer un partenariat avec « Starship Technologies ».  Leur objectif :  développer des « land drones » au déplacement lent qui permettront de délivrer les commandes aux clients. Le drone sera équipé de 6 caméras et d’un GPS qui lui permettrait de naviguer en toute autonomie dans les rues de Londres.

> Livraison par drone

Et si un drone vous apportait votre livre préféré par la voie des airs ? Aujourd’hui c’est possible, Amazon a récemment effectué avec succès sa première livraison par le biais d’un drone à un client vivant en Angleterre, à Cambridge. Même s’il s’agit seulement d’un premier essai, l’entreprise souhaite développer ce mode de livraison bien plus tôt que prévu.

> Portefeuille électronique

Les portes-feuilles électroniques ont le vent en poupe. La concurrence est déjà forte alors même qu’en France il y a encore très peu d’utilisateurs. L’année dernière, l’entreprise Aimia spécialisée dans le data marketing et l’analyse des programmes fidélité a découvert que les consommateurs européens avaient un réel intérêt pour les « digital wallets », à noter que 31% d’entre eux peuvent utiliser un « digital wallet » sur leur dispositif mobile.

« Nous avons déjà remarqué l’impact de cette innovation sur le recrutement des candidats dans la vente » explique Minh Truong, Manager Sales & Marketing Michael Page Belgique. « On recrute, par exemple, beaucoup de candidats pour Worldline, une entreprise qui développe des solutions pour les paiements en ligne. Je suis sûr que nous aurons beaucoup plus de clients de ce type dans un futur très proche ».
_________________

Découvrez notre étude globale sur la distribution 2016 qui contient les tendances dans le recrutement de la distribution et fait un focus sur les rémunérations à travers 10 pays !

Découvrez nos dernières offres sur le secteur…

Contactez-nous

Agence ELAN-EDELMAN
Tél : 01 70 23 91 95
pagegroup@elanedelman.com